Les deux confinements nous ont rappelé à quel point nos commerces de proximité jouent un rôle prépondérant dans l’animation du tissu urbain et dans la relation humaine du quartier. Vous êtes un composant majeur du tissu économique national, régional et communal.

Indépendant : une priorité pour le MR

Depuis toujours, le bien-être des indépendants et des PME est une priorité pour le Mouvement Réformateur. Notre parti s’emploie quotidiennement à améliorer vos conditions de vie et de travail. Pendant trop longtemps, les indépendants se sont vus injustement oubliés. Nous continuons à réduire l’écart entre les statuts d’indépendant et d’employé et plaidons pour une égalité de traitement entre les deux régimes.

Des actions concrètes

Sous le Gouvernement de Charles Michel, de nombreuses mesures ont été mises en place pour diminuer les charges sur le travail :

  • le taux des cotisations sociales pour les indépendants a diminué, passant de 22 à 20,5% ;
  • les cotisations patronales pour le premier emploi créé ont été supprimées ;
  • des réductions jusqu’au sixième emploi ont également permis aux entreprises d’embaucher davantage ;
  • les cotisations patronales de base ont baissé pour passer de 32,4% à 30% en 2016 et une nouvelle réduction jusqu’à 25% entrait en vigueur en 2018 ;
  • la pension minimum des indépendants a augmenté de 18% au cours de la précédente législature.

Le MR s’est également battu pour une meilleure conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Durant la précédente législature, le congé de maternité des indépendantes est passé de 8 à 12 semaines avec une dispense de cotisations sociales de trimestre. La mesure s’accompagnait de l’octroi de 105 titres-services. Autre changement pour les indépendants malades : depuis 2017, la période de carence a diminué de moitié.

Lorsqu’il est au pouvoir, le Mouvement Réformateur se bat corps et âme pour les indépendants. C’est ce que nous faisons encore aujourd’hui au gouvernement fédéral. Toutefois, en Région bruxelloise où le MR n’a plus été au pouvoir depuis 20 ans et nous estimons que le Gouvernement doit mieux soutenir ses commerçants et ses PME. Les aides lors de la crise Covid peuvent en témoigner.

Bruxelles abandonne ses indépendants

De manière générale, la Région bruxelloise a été la Région la moins bien lotie en termes de primes. Prenons l’exemple d’un Horeca qui emploie deux salariés. En Wallonie, il aurait touché 23.000 euros et 35.240 euros en Flandre, tandis qu’à Bruxelles, les montants cumulés des diverses primes s’élèvent à 17.500 euros.

Même son de cloche pour les métiers de contact. Un coiffeur avec deux employés aurait bénéficié de 19.750 euros de primes s’il était situé en Wallonie et 25.130 euros s’il était en Flandre. À Bruxelles, sa prime aurait été deux fois plus petite puisqu’il aurait touché 9.000 euros. Pour deux entreprises qui s’installent en Région bruxelloise, trois entreprises quittent la capitale.

Pour le MR, il est impératif de garder la classe moyenne et les indépendants qui créent la véritable richesse de la Région bruxelloise. Que ce soit au niveau fédéral ou régional, nous voulons continuer à travailler pour les indépendants & PME au travers d’une fiscalité dynamique et attrayante, d’une simplification administrative, de la possibilité de rebondir en cas d’accident ou encore de la revalorisation des métiers techniques et manuels.

Le MR Bruxelles continuera à relayer vos préoccupations au Parlement bruxellois. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question.

X