Partant du constat qu’il n’existe pas encore en Région bruxelloise d’instrument juridique approprié pour protéger les espaces naturels tout en y favorisant le développement d’activités économiques durables, le député Gaëtan Van Goidsenhoven (MR) a déposé une proposition d’ordonnance visant à instituer le concept de « parc naturel urbain » dans le droit bruxellois.

 

Constat :

 

Différents statuts de protection de la nature (réserves naturelles, zones Natura 2000, zones verte, zones classées biotopes urbains, etc.) existent mais sont trop restrictifs et empêchent l’implantation d’activités économiques durables à les statuts existants sont inconciliables avec différentes activités humaines (maraîchage, agriculture bio, fermes pédagogiques, écotourisme, etc.)

 

Objectifs du parc naturel urbain

 

  • Protéger le patrimoine naturel et culturel de vastes zones naturelles en milieu urbain en créant un statut juridique (à insérer dans l’ordonnance bruxelloise « nature » de 2012) ;

 

  • Permettre l’implantation importante de l’agriculture urbaine, pour favoriser les circuits courts et la consommation durable ;

 

  • Promouvoir une dimension sociale, en assurant l’accueil, l’éducation et l’information du public ;

 

  • Favoriser l’écotourisme en assurant la gestion du flux des visiteurs par la création d’infrastructures appropriées

 

Originalité du statut : apte à conférer à un vaste site naturel un cadre de protection qu’aucun autre outil juridique ou réglementaire existant n’est susceptible de lui procurer sans pour autant figer la zone dans son état actuel à concilie protection du patrimoine naturel et dynamisme économique

 

Charte paysagère : dimension participative visant l’implication des citoyens et associations

 

Innovation dans la politique d’aménagement du territoire, le concept de « Charte paysagère » doit être le résultat d’un processus de concertation abouti avec la population, les associations, les organismes socioprofessionnels et d’autres acteurs spécialisés. Elle implique également un mode de gestion original, qui mise sur l’apport et la contribution des différentes parties prenantes aux différents aspects d’aménagement et de gestion du site.

 

Modèles d’inspiration

 

  • Parcs naturels urbains français(Lille, Strasbourg) : ils visent à revaloriser le patrimoine naturel et culturel de zones de nature délaissées en milieu urbain et impliquent une démarche de construction collective à travers une charte mobilisant les citoyens autour de multiples enjeux de développement durable. Ils ne constituent cependant pas un réel statut juridique.

 

  • Parc urbain de La Rouge (Toronto) : véritable statut juridique de protection (avec effets contraignants) d’un vaste espace naturel en milieu urbain. Extrêmement inspirant car il s’agit d’une des dernières exploitations agricoles du grand Toronto et de la première zone fédérale protégée du Canada à préserver à la fois l’agriculture et le patrimoine naturel et culturel. Considéré par des experts comme un modèle de gestion d’un espace naturel en milieu urbain.

 

 

Zone spécifiquement concernée en Région bruxelloise : Neerpede

 

  • Il s’agit du dernier grand espace rural (plus de 300 hectares) en Région bruxelloise, caractérisé par un sol très fertile et par une végétation particulièrement remarquable (milieu humide, vallons, crêtes, biodiversité très riche). Son paysage bucolique du Pajottenland a notamment inspiré Pieter Bruegel au XVIe siècle.

 

  • Espace menacé par l’urbanisation croissante (ring à proximité, zone de développement urbain autour de l’hôpital Erasme, possible création d’une gare internationale de bus à proximité, etc.)

 

  • Le site ne dispose toujours pas d’un statut de protection globale. Le Plan Opérationnel Neerpede (PON), commandité par la Région, apporte des pistes de solutions intéressantes pour valoriser le site, mais n’apporte de pas de solution pour la protection pérenne du site contre l’urbanisation (pas de mesures légales contraignantes)

 

  • Le statut de « Parc naturel urbain » serait donc tout à fait approprié pour conférer au vaste espace de Neerpede un statut juridique de protection, tout en permettant de développer les pratiques agricoles (déjà présentes), l’écotourisme, des projets pédagogiques autour de la nature en ville, des projets de recherche, des pratiques sportives et culturelles

 

 

Conclusion

 

En réinventant la vitalité de son territoire tout en développant une culture de la nature au profit de différents usages durables, le « Parc naturel urbain » pourrait incarner un modèle d’écodéveloppement moderne.  Le site de Neerpede pourrait ainsi devenir le premier pôle territorial alliant intelligemment écologie et développement durable.

 

Il s’agit d’une occasion d’ancrer un territoire dans la ville du XXIe siècle, en lui garantissant une singularité et en pérennisant son ouverture vers le reste de la Région.

Retrouver toute la proposition ici :

 

parc naturel urbain proposition
X